La réalité de l’élevage en bâtiment


Loin des clichés sur l’élevage intensif en batterie ou sur la vie 100% en plein air, voici un point global sur la situation en France.

L'élevage en bâtiment

On distingue deux grands modes d’élevage :

-L’élevage en bâtiment avec parcours extérieur: les volailles restent en bâtiment clos pendant les 40 premiers jours, puis peuvent ensuite accéder à un parcours extérieur pendant la journée. Ces volailles sont abattues en moyenne à l'âge de 80 jours. Ce type d’élevage représente 20% du parc français.

-L’élevage en bâtiment clos: les volailles sont élevées en bâtiment à la lumière naturelle et abattues en moyenne à l'âge de 50 jours. Ce type d’élevage représente 80% du parc français.

Contrairement aux idées reçues, l’élevage en bâtiment n’est pas un élevage en cage ou « élevage en batterie » comme on l’entend couramment. Les bâtiments d’élevage bénéficient en moyenne d’une superficie de 1.000 m² et répondent à des exigences élevées tant en terme d’hygiène que de confort pour les animaux, afin de contribuer à un véritable bien-être des volailles.

Il s’agit de longs bâtiments disposant de larges ouvertures latérales pour faire pénétrer la lumière naturelle et équipés d’un système de ventilation. Des mangeoires et des abreuvoirs sont installés à intervalles réguliers sur toute la longueur de l’élevage pour permettre aux animaux de boire et de manger à leur convenance. La totalité des poulets élevés en bâtiment en France, le sont sur des litières de qualité, en paille ou en copeaux.

L’éleveur visite quotidiennement, plusieurs fois par jour, son élevage et contrôle en permanence la température, l’humidité, l’alimentation des volailles, la ventilation, etc… pour s’assurer de leur bien-être et de leur développement.

Au sein du Groupe DOUX


Le Groupe Doux a conçu et développé, dès 1987, un modèle exclusif de bâtiment pour son parc d'élevage. Baptisé Louisiane, ce bâtiment possède plusieurs caractéristiques bénéfiques pour le développement des volailles : la lumière naturelle qui y pénètre largement, la ventilation est elle aussi naturelle, l'ambiance régulée par un automate.

Aux spécificités du bâtiment, s'ajoute un suivi de la densité d'élevage, adapté en fonction des stades de développement et de la saison. Ces caractéristiques permettent, outre le bien-être de l'animal, une maturation plus harmonieuse en favorisant sa mobilité, son développement musculaire et donc l'obtention d'une chair plus ferme et plus goûteuse.

Précédent Lire la suite Voir l’interview
de Pascal Le Floch