Interview de Jean-François Hamon, Directeur du Développement, Groupe Hubbard, spécialiste de la génétique animale


Hubbard a pour mission de développer des réponses génétiques valorisantes adaptées aux exigences des consommateurs vivants dans les régions du Monde.

Les métiers de Hubbard sont la sélection , la production et la commercialisation d'animaux reproducteurs répondant aux différents aspects de la qualité

Quelle définition peut-on donner d’une race de volaille?

La notion de race est principalement utilisée pour les espèces animales domestiquées. Une même race réunit un ensemble d’animaux d’une même espèce dont les caractéristiques morphologiques et physiologiques héréditaires sont bien distincts des autres populations et se transmettent de génération en génération.
On estime qu’il existe environ 5 à 10.000 races de volailles à travers le monde.

Le croisement de souches est-il spécifique à certains types de volailles commercialisées en France ?

Non, toutes les volailles commercialisées en France sont issues d’un croisement entre différentes souches, que l’on parle de volailles dites Label ou de volailles classiques.

Pourquoi fait-on des croisements de souches ?

On effectue des croisements de souche pour obtenir des volailles qui soient conformes à la demande du marché et des consommateurs. Selon le type de caractéristiques que l’on recherche, le mode d’élevage ou encore la durée d’élevage, on va choisir une race de volaille particulière. La sélection de la race de volaille va se baser sur la feuille de route du produit que l’on souhaite obtenir.

Y a-t-il un sens à parler de « meilleur produit » lorsque l’on compare les différents types de volailles commercialisées sur le marché ?

La notion de « meilleur produit » n’existe que si l’on a défini ce que l’on veut en faire. Le bon produit doit tenir compte des exigences d’une filière et elles sont différentes selon les régions du monde, les cultures et les modes de consommation. En Asie, on consomme plutôt la partie « rouge » du poulet (les cuisses mais aussi les abats) alors qu’aux Etats-Unis, on note une nette préférence pour le blanc. En Europe, on est dans une moyenne entre les deux.
Il n’y a pas de meilleur produit, il y a différents produits, adaptés à des goûts et des habitudes de consommation différents.

Quels sont les critères qui, selon vous, président à la qualité des volailles d’élevage ?

L’indispensable préalable à toutes les formes de qualité, c’est la qualité sanitaire. Or le cahier des charges de nos autorités sanitaires est parmi les plus exigeants du monde et nos règles sont parmi les plus strictes en matière d’élevage. Acheter de la volaille française apporte l’assurance d’une qualité sanitaire optimale.

En quoi la sélection des volailles influence-t-elle les qualités gustatives du produit consommé ?

La sélection des volailles influence les qualités gustatives du produit de plusieurs façons :

  • par les caractéristiques intrinsèques des lignées constituant les souches ;
  • par le biais de la vitesse de croissance : on peut avoir des souches à croissance lente, d’autres à croissance rapide, selon l’âge et le poids que l’on souhaite. C’est ainsi que, selon l’âge d’abattage des volailles, on aura une chair plus ou moins grasse et plus ou moins tendre ou ferme.

Depuis quand élève-t-on des volailles en bâtiment ?

L’apparition de l’accouvage contrôlé et la spécialisation des métiers ont favorisé le développement de l’élevage en bâtiment dès les années 50.

Concrètement, comment sont élevés les poulets en bâtiment ?

Les poulets sont élevés dans un grand bâtiment disposant de larges ouvertures latérales pour faire pénétrer la lumière naturelle et équipé d’un système de ventilation. Des mangeoires et des abreuvoirs sont installées à intervalles réguliers sur toute la longueur de l’élevage pour permettre aux animaux de s’abreuver et de manger à leur convenance. La totalité des poulets élevés en bâtiment en France, le sont sur des litières de qualité (paille ou copeaux). Ces litières sont ensuite utilisées par l’éleveur pour l’enrichissement naturel des sols.

L’éleveur visite quotidiennement, plusieurs fois par jour, son élevage et contrôle en permanence la température, l’humidité, l’alimentation des volailles, la ventilation, etc… pour s’assurer de leur bien-être et de leur développement.

Quels sont les intérêts de l’élevage en bâtiment ?

L’élevage en bâtiment permet d’assurer :

  • une meilleure maitrise sanitaire des volailles ;
  • un contrôle permanent de leur bien-être et de leur croissance ;
  • une traçabilité renforcée.

Le poulet est-il un animal grégaire ?

Le poulet vit naturellement en groupe donc a fortiori dans des habitats respectueux de l’ensemble de ses besoins : accès à la nourriture, confort thermique, qualité de la litière, ventilation, etc. Hormis quelques exceptions, l’ensemble des volailles recherchent la sécurité apportée par un bâtiment clos protégé, notamment le soir. Les poulets n’aiment ni le froid ni la pluie. L’éleveur doit donc leur apporter ces conditions idéales de confort.

On entend souvent le vocable « poulet en batterie »: qu’en est-il ?

La batterie est une cage. Je tiens à souligner très vigoureusement qu’il n’existe pas, en France, d’élevage de poulets ou de volaille de chair où les animaux seraient élevés en cages. Je pratique ce métier depuis plus de 40 ans et je n’ai jamais vu d'élevage en cage. Aucun poulet standard n’est élevé en cage ou en batterie en France.

Précédent