Interview de Michel Magnin, Membre et Administrateur du World Poultry Science Association


De quoi est composée la ration alimentaire d’une volaille ?

Un aliment pour volailles est composé majoritairement de céréales, surtout le blé et / ou le maïs, voire l’orge, le sorgho. A côté des céréales on trouve des tourteaux et des graines d’oléagineux, surtout soja, colza et tournesol, des pois, de l’huile végétale, des minéraux et des vitamines.

De quoi ont besoin les volailles pour se développer ?

Pour vivre et se développer un organisme quel qu’il soit, et celui d’une volaille n’y échappe pas, a des besoins fondamentaux :

  • une armature : c’est le squelette, majoritairement constitué de minéraux comme le calcium et le phosphore.
  • les briques que l’organisme dépose sur cette armature: ce sont les protéines elles-mêmes constituées de briquettes appelées acides aminés. La principale source alimentaire de protéines est le soja, et à un degré moindre le colza, le tournesol, le pois. Le tourteau de soja présente le gros avantage d’être riche en protéines d’excellente qualité, bien équilibrées dans les différents acides aminés et bien digérées par les volailles, en particulier par les jeunes volailles.
  • le moteur de la vie c’est l’énergie: les volailles trouvent dans leur aliment deux sources d’énergie : l’amidon et les matières grasses ; l’amidon est apporté par les céréales, les matières grasses sont apportées par les graines oléagineuses et les huiles végétales.
  • Pour utiliser cette énergie et animer cette construction, l’organisme utilise des substances apportées en très petites quantités dans l’aliment : ce sont les vitamines et les oligoéléments.

N’oublions pas qu’un organisme contient également beaucoup d’eau, au milieu de toutes les briques, et les volailles doivent recevoir en plus de leur aliment une eau de bonne qualité.

Sur quelles bases définit-on la ration alimentaire d’une volaille ?

Nous avons vu que les besoins étaient essentiellement de l’énergie, des protéines et des minéraux. Toutefois le niveau de ces besoins va varier en fonction de l’âge et de l’espèce de volaille, tout simplement parce que la vitesse à laquelle se développe l’organisme, donc la vitesse à laquelle il construit son squelette et y dépose les briques, varie entre un jeune poulet et un poulet plus âgé, entre une dinde ou un canard. Les quantités de protéines, de minéraux doivent donc être ajustées à ces besoins.

L’autre élément de variation c’est le comportement alimentaire de la volaille, son appétit, le nombre de repas qu’elle fait en picorant. Il y a les petits mangeurs et les gros mangeurs !

La composition de l’aliment doit donc être adaptée en fonction de l’évolution des besoins et de la consommation d’aliment.

La composition varie-t-elle selon le type de volaille ? si oui pourquoi ?

Les deux facteurs de variation des besoins que nous venons de voir sont la vitesse de développement et le comportement alimentaire de la volaille. Il est certain que deux types de volailles ne se comporteront pas de la même manière et auront des besoins différents.

Ceci entraîne-t-il une différence de qualité entre une volaille standard et une volaille Label ?

L’alimentation n’a pas d’influence sur la qualité des volailles. Ce sont les souches et la durée d’élevage qui vont influer sur les qualités organoleptiques des volailles.

Y a-t-il des farines animales dans l’alimentation des volailles ?

Il n’y a aucune farine animale dans l’alimentation des volailles.

La présence de soja OGM dans l’alimentation animale pose-t-elle un problème ?

Pour être utilisé dans l’alimentation animale en France, un soja OGM doit être autorisé. A partir du moment où des experts l’ont autorisé, du point de vue nutritionnel, un soja OGM devient alors une source de protéines comme l’est un soja non-OGM. Il apporte briques et briquettes et le poulet qui le consomme reste dans notre assiette un poulet comme les autres. Le débat des OGM peut être autre si on se place sur un plan éthique ou environnemental. Je resterai sur le plan nutritionnel.

Précédent