Témoignage de Martine Moisnard, éleveur Doux


Martine Moisnard, éleveur de poulet/dinde avec un élevage de 2400 m2, à Chaize le Vicomte (85- Vendée).

Martine Moisnard, éleveur Doux

Comment en êtes-vous venue à faire ce métier ?

Après avoir travaillé en usine et en élevage, je me suis retrouvée salariée en élevage.
Suite à la fermeture de cet élevage, je me suis retrouvée au chômage. C’est alors que j’ai appris qu’un élevage de 2 400 m2 était à vendre, j’ai pris la décision de m’installer, d’avoir enfin quelque chose à moi, de travailler pour mon propre compte.

Qu’est-ce qui vous intéresse le plus dans votre quotidien ?

De voir les poulets évoluer de jour en jour. Je passe régulièrement dans les bâtiments pour observer leur comportement et vérifier qu’ils ont tout ce qu’il faut (manger, boire, une bonne ambiance, etc.).

Racontez nous une journée type ?

D’abord, je jette un « coup d’œil » rapide sur les animaux et je vérifie que tous les paramètres sont bons. Ensuite, dans chaque bâtiment, je fais un tour complet (2 aller/retour) et je contrôle les abreuvoirs et les assiettes.
L’après-midi, je refais un tour dans chaque bâtiment sur les côtés pour vérifier les pipettes (si l’eau arrive bien) et l’ambiance dans le bâtiment afin de modifier l’ouverture des rideaux si besoin.
Le soir, je refais un tour dans chaque bâtiment.

Avec quoi sont nourries vos volailles ?

L’aliment est composé de différentes céréales et de compléments alimentaires. On retrouve essentiellement des tourteaux (colza, soja), des céréales (blé, orge, triticale, maïs) et les additifs qui sont des vitamines A, D3 et B.

Comment vous assurez-vous de leur bien-être ?

En rentrant dans le bâtiment j’observe s’ils sont bien répartis, s’ils ont de l’eau, de l’aliment, l’état de la litière, leur déplacement. Une fois que ces différents points sont vérifiés, je mets en place des actions correctives si besoin (augmenter ou baisser la température, rajouter de la paille si besoin, apporter des compléments vitaminiques si besoin).

Que disent les gens qui viennent voir vos élevages?

Ils sont surpris par ce qu’ils découvrent et par rapport à l’idée qu’ils s’en faisaient. Mon plus jeune fils trouve cela intéressant et il aimerait bien faire ce métier lui-même.

Quelles sont les évolutions du métier d’éleveur à travers les années ?

Le travail s’est beaucoup simplifié, il est moins physique. Le travail est aussi plus technique, il demande d’être vigilant, il faut réagir tout de suite. Il faut se tenir informé de toutes les évolutions que ce soit technique ou matériel.

Quelles améliorations sont en cours ?

Différents projets sont en cours :

  • La mise en place d’une dalle devant les bâtiments;
  • L’installation d’aérothermes dans le bâtiment 2;
  • La mise en place d’extracteurs dans les pignons avec de la brume et de rideaux isolants;
Précédent Lire la suite